Quelles nouvelles mobilités pour demain ?

Quelles nouvelles mobilités pour demain ?
La Communauté de communes du Seignanx investit la question des mobilités pour apporter des réponses aux besoins des habitants.

Changer ses habitudes n'est pas chose simple... mais avec des carburants qui frisent les 2 euros le litre et l'urgence écologique (re) penser les mobilités est un impératif.

Les transports représentent la moitié des émissions de gaz à effet de serre dans le Seignanx. Pourtant la voiture reste prépondérante pour nombre de trajets quotidiens et elle est impérative pour beaucoup d’habitants du territoire. En effet, 89.2% d’entre eux utilisent leur véhicule pour se rendre au travail. C’est pour trouver des solutions alternatives, en particulier au niveau des 5 communes qui ne sont pas couvertes par le réseau Txik Txak, qu’une étude a été lancée par la Communauté de communes, accompagnée par le cabinet Tecurbis, spécialisé sur ces questions.

Des constats encourageants

Si près de 90% des habitants se rendent au travail avec leur véhicule personnel, les distances parcourues laissent parfois présumer du recours possible à un autre mode de transport. 20% des flux domicile-travail quotient sont internes au territoire et 13% sont internes à la commune et concernent des trajets de moins 3km. Demain, ils pourraient en partie être remplacés par des mobilités alternatives à la voiture individuelle.

Bien que certainement incomplète, le territoire dispose toutefois d’une offre alternative avec :

-          Des lignes de Txik-Txak mises en place sur Ondres et Saint-Martin de Seignanx depuis juillet 2022 qui comptabilisent respectivement 6 500 voyages par mois et 4 à 600 voyages par mois ; et 1 400 usagers empruntent quotidiennement le Tram Bus à Tarnos.

-          Une gare à Ondres avec une fréquentation importante de plus de 14 500 voyageurs en 2021,

-          Des lignes de bus régionales, la 517 et la 26, qui connaissent par contre une nette baisse de la fréquentation

L’analyse révèle également que le covoiturage commence à être pratiqué par quelques habitants du territoire, avec près de 360 trajets récencés au mois de juin 2023, contre une cinquantaine en 2022. Le dispositif d’incitation financière de 100€ mis en place par le Gouvernement au mois de janvier 2023 est donc venu accélérer cette pratique qui, toutefois, ne se met pas en place via des applications mais dans le cadre de relations sociales établies (amis, collègues, famille, …).

Ce diagnostic sur les mobilités du quotidien a été couplé aux résultats de l’enquête à laquelle vous avez été près de 1 000 à participer.  

Une enquête qui révèle des aspirations au changement 

Les résultats de l’enquête menée entre les mois de juin et septembre 2023 montrent que les investissements pour développer des aménagements cyclables et l’augmentation de la fréquence des transports en commun sont jugés prioritaires. Ces deux aspirations arrivent en tête des préoccupations des habitants du Seignanx avec près de 50% des réponses. Les choix opérés ces dernières années par la Communauté de communes et les communes du Seignanx répondent donc bien aux souhaits des habitants en matière de mobilité.

En troisième position, et dans une moindre mesure mais avec près de 30% de réponses, la mise en place d’un transport à la demande sur les communes non-desservies par Txik Txak est plébiscité. Ce système de transport se développe de plus en plus sur les territoires, que ce soit dans les agglomérations ou dans les zones rurales. Il se révèle toutefois particulièrement pertinent dans les zones moins denses où la demande est plus faible et plus diffuse. En effet, le transport à la demande n’emprunte pas un itinéraire fixe et ne respecte pas d’horaire précis contrairement aux transports en commun. Il s’adapte aux besoins des habitants et est plus souple qu’un transport en commun classique. Au contraire des cars et des bus, les systèmes de transport à la demande utilisent généralement des voitures, des vans ou encore des minibus puisqu’ils ont vocation à répondre à une demande moins importante mais tout aussi essentielle.

Quelle suite ?

Les résultats de cette enquête ont fait l’objet d’une première réunion de travail, présidée par Jean-Marc LARRE, Maire de Biaudos, à qui la Présidente de la Communauté de communes a proposé de porter cette démarche. Lors de cette réunion, l’analyse du cabinet Tecurbis a été complétée par un temps de travail avec les élus et les techniciens sur les déplacements des publics les plus isolés. 

Un second atelier de travail, cette fois-ci en présence des habitants qui se sont portés volontaires au moment de l’enquête, a eu lieu le mardi 28 novembre à Biaudos.

Ces moments de réflexion collective doivent permettre de définir les solutions adaptées au territoire en vue de l’élaboration d’un programme d’actions qui sera transmis aux différentes entités organisatrices de la mobilité sur le Seignanx : Syndicat des mobilités Pays-Basque-Adour, Région Nouvelle-Aquitaine ainsi que les communes. Certaines actions, priorisées et budgétées, pourront également être développées par la Communauté de communes en vue d’une mise en place dans les prochaines années, en complément des importants travaux d’aménagement de voies cyclables qui sont portés chaque année (1 million d’euros en moyenne). 

Bien que la Communauté de communes ne soit pas compétente en matière de mobilité, elle joue pleinement son rôle afin d’alerter les autorités compétentes en vue de l’amélioration du service.

-> Retrouvez ici le dépliant: